Plus de huit français sur dix sont préoccupés par les nuisances sonores, que cela soit à leur domicile ou sur le lieu de travail.

Dans votre logement vous entendez les bruits du voisinage, mais également qui viennent de l’extérieur ? Et cela que vous viviez en ville ou à la campagne, les sources de bruits sont partout.

Afin de garantir un meilleur confort, une réglementation acoustique a été mise en place. La réglementation acoustique est applicable à tous les bâtiments résidentiels neufs dont le permis de construire est postérieur à janvier 1996, et fixe des exigences minimales en matière d’isolement par rapport aux tiers.

Ainsi tous les logements ne sont pas concernés, et les exigences sont non représentatives d’un confort acoustique.

 

Par conséquent, vous isoler du bruit est important pour préserver votre cocon, nous vous donnons tous nos conseils pour protéger votre logement des nuisances sonores.

 

Avant toute chose : identifiez les origines des bruits

Afin de se protéger de ces nuisances, il faut tout d’abord identifier l’origine des bruits. En effet, les solutions ne seront pas les mêmes selon que cela provienne de la rue, de votre voisin du dessus ou de la cage d’escalier de l’immeuble qui donne directement sur votre chambre à coucher. Le plus important est de savoir si cela provient de l’intérieur ou de l’extérieur de votre logement.

Le problème acoustique constaté et diagnostiqué, vous pourrez trouver la meilleure solution pour l’atténuer.

 

Les différents types de bruits

Les nuisances sonores peuvent être provoquées par différents types de bruits, dont les sources sont distinctes et dont il est possible de se protéger par une isolation phonique adéquate. On peut identifier quatre catégories de bruits contre lesquels il est préférable de se protéger pour avoir un habitat confortable :

  • Les bruits aériens extérieurs (trafic routier, aéroport proche, …)
  • Les bruits aériens intérieurs (conversation, télévision, machine à laver des voisins…)
  • Les bruits d’impact (ils ont pour source un choc et sont transmis par vibration aux autres parois, il peut s’agir de pas, ou des chutes d’objets)
  • Les bruits d’équipement (ils concernent les équipements communs de votre immeuble comme l’ascenseur, la VMC ou la porte de garage)

 

Le principe de fonctionnement de l’isolation phonique

Avant toute chose il est important de comprendre le principe de fonctionnement de la désolidarisation. En effet, pour isoler les murs du bâtiment des vibrations, il est important de dissocier les plafonds des murs mais également des planchers. Les matériaux d’isolation amortissent les bruits dans une zone d’air immobile ne permettant pas leur diffusion.

L’isolation phonique fonctionne aussi avec le principe de couches superposées à la façon d’un sandwich : deux couches lourdes intégrant au milieu un matériau absorbant, et c’est ce dernier qui intercepte les bruits et vibrations.

L’idéal est que l’isolation phonique soit réalisée dès la construction du bâtiment. Ainsi pour un immeuble neuf, lorsque l’isolation phonique semble insuffisante il est nécessaire de se retourner contre le promoteur ou le vendeur. Si l’immeuble dans lequel est situé votre appartement est ancien, il conviendra alors de réaliser des travaux de rénovation pour améliorer l’isolation acoustique.

 

S’isoler des bruits extérieurs 

Si lorsque vous avez effectué votre diagnostic vous avez constaté que les bruits dont vous souffriez le plus provenaient de l’extérieur, le changement des fenêtres peut être la solution. Dans certains cas le remplacement d’un joint de fenêtre peut suffire. Mais le plus souvent, il est préférable de remplacer les fenêtres et leur vitrage par du double vitrage.

Efficace sur les bruits aériens provenant de l’extérieur, l’isolation phonique par les fenêtres permet également la réduction des bruits sortants.

Pour connaitre la performance d’une fenêtre il faut se fier au classement Acotherm, les moins isolantes étant classées AC1 et celles ayant les meilleures performances AC4. Pour isoler phoniquement votre logement il faut également vérifier les entrées d’air des huisseries. Ces dernières sont nécessaires au renouvellement de l’air de votre intérieur, elles peuvent parfois avoir un « excès  d’efficacité » en laissant passer le bruit. Dans ce cas remplacez les avec un modèle adapté.

Enfin si vous constatez que vous entendez vos voisins lorsqu’ils passent devant votre porte d’entrée, pensez à installer un rideau anti-bruit. En plus d’être décoratif, cette innovation technologique permet de gagner quelques décibels.

 

S’isoler des bruits intérieurs

Pour se protéger des nuisances sonores provoquées par les occupants du logement situé au-dessus du vôtre, l’isolation phonique peut être effectuée par le plafond. On peut envisager la pose de fibres végétales comme la laine de verre qui est efficace et peu onéreuse mais la mousse polyuréthane est plus performante. Toutefois, la meilleure solution est la pose d’un faux plafond, en créant une lame d’air entre la suspente et le plafond qui isole en soi mais également permet d’y installer un isolant.

Pour isoler les parois, on peut utiliser la même méthode et doubler les cloisons ou poser des plaques phoniques. Cette méthode d’isolation des murs est efficace mais empiète sur la surface intérieure de la pièce. Ainsi en alternative, toutefois moins efficace mais aussi moins onéreuse, vous pouvez appliquer de la peinture anti bruit. Cette dernière est un revêtement mural innovant permettant de bloquer la propagation des sons au niveau du mur sur laquelle elle est appliquée.

 

En cas de gros travaux : intervention d’un acousticien

Lors d’une étude acoustique, l’acousticien se charge d’identifier les origines des bruits  qui gênent les occupants des logements au quotidien. Il va donc sonder les murs, plafonds et planchers mais aussi analyser la transmission des bruits.

Lorsqu’il est décidé de réaliser un projet complet d’isolation phonique, l’acousticien réalisera alors un diagnostic complet en donnant des recommandations précises sur les dispositions à prendre.

 

Attention aux éventuelles autorisations nécessaires

S’agissant du remplacement des fenêtres pour un logement dépendant du régime de la copropriété, si les nouvelles ne sont pas identiques à l’existant, veillez à respecter les dispositions du règlement de copropriété et si nécessaire de soumettre la réalisation de vos travaux au syndic et/ou au vote de l’assemblée générale. Il faudra également prévoir le cas échéant de déposer une demande préalable auprès de la mairie de votre commune.

De plus, certains travaux de rénovation peuvent altérer l’isolation acoustique et entrainer des troubles de voisinage. La pose de carrelage ou de parquet sans isolation préalable peut être interdite par le règlement de copropriété car c’est susceptible de provoquer des nuisances sonores. Vos voisins victimes des nuisances peuvent saisir la justice et obtenir la dépose des matériaux non conformes ou la réalisation de travaux d’isolation plus conséquents.

 

 

Si vous souffrez de nuisances sonores et que vous envisagez des travaux d’isolation, faites appel à un professionnel. N’hésitez plus et contactez nous, nous vous accompagnerons dans chacune des étapes de votre projet et vous sélectionnerons les entreprises qualifiées.